«L’anglais n’est pas une langue magique» de Jacques Poulin : un roman à mettre sur votre liste de livres

Normalement, à la fin d’une lecture, je suis bouche bée. J’ai tout de suite le goût de prendre un autre livre pour me replonger dans cet état de semi-transe lorsque l’on est plongé dans un bon livre. Pour L’anglais n’est pas une langue magique de Jacques Poulin, c’était tout le contraire, j’avais la tête en ébullition de réflexion. C’est comme ça que j’ai compris, je venais de lire un coup de cœur. Un énorme coup de cœur!

Francis est un petit frère et lecteur sur demande :

« C’est une appellation que j’aime bien parce que les initiales font LSD : pour moi la lecture est une drogue.» (p.19)

Il vit au premier étage d’un immeuble et son frère Jack au dernier. Celui-ci est écrivain et passe ses journées à écrire son roman, enfermé dans son appartement. Francis se promène et lit à qui lui demande. Une femme dans le coma, un jeune de 12 ans atteint d’une malformation cardiaque et biens d’autre, mais sa cliente principale est Limoilou un personnage qui apparaît dans La traduction est une histoire d’amour (que je n’ai pas lu, mais j’y compte bien!). Un rendez-vous manqué avec une femme sur la rue Bernières le perturbe et l’obsède.

IMG_1289

Jacques Poulin a mis les mots sur ce que je pense depuis longtemps :

«Il a répondu que la langue magique était le français, qu’il le montrait dans son livre et que moi-même j’en avais fait la preuve avec mes séances de lecture.» (p.145)

Les histoires ont des vertus thérapeutiques. Les mots apaisent et renforcent ceux qui y portent attention. Il y a une lecture pour tous les maux. L’écriture de Jacques Poulin est simple et rapide. Aucune fioriture inutile qui rend le texte lourd. Il va direct au but tout en laissant de la place à l’interprétation personnelle.

Ramenant le thème de la conquête anglaise à de nombreuses reprises, Jacques Poulin critique ceux qui ont écarté la langue française et la culture québécoise. Il critique les mots anglais qui font maintenant partie de notre vocabulaire comme si c’était « une langue magique ». Il prend position sur notre devoir de maintenir la culture québécoise en vie.

Un petit roman rempli de réflexion sur la littérature et la langue française. Jacques Poulin, je n’ai pas fini de vous lire, car j’ajoute tous vos romans à ma liste de livres à lire! Et, je vous conseille lecteur, de faire de même!

 Pour acheter le livre –> https://www.leslibraires.ca/livre-affiliation/anglais-n-est-pas-une-langue-jacques-poulin-9782742783458.html/?type=fiche&configuration=17&u=71938

Advertisements

2 réflexions sur “«L’anglais n’est pas une langue magique» de Jacques Poulin : un roman à mettre sur votre liste de livres

  1. Je n’ai lu que « La tournée d’automne’ de Jacques Poulin, et cela m’avait plu. Je note celui-là ….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close